étranger

vivre en un endroit ou en plusieurs, être sédentaire ou voyageur, être un nationaliste rance ou un nomade de l’esprit: ou bien s’enraciner, retrouver, ou façonner ses racines, arracher à l’espace le lieu qui sera vôtre, bâtir, planter, s’approprier, millimètre par millimètre, son “chez-soi”: être tout entier dans son village, se savoir cévenol, se faire poitevin. Ou bien n’avoir que ses vêtements sur le dos, ne rien garder, vivre à l’hôtel et en changer souvent, et changer de ville, et changer de pays; parler, lire, indifféremment quatre ou cinq langues; ne se sentir chez soi nulle part, mais bien presque partout. (…) En définitive, aller avec ses petits-enfants ramasser des mûres le long des étroits chemins nationalistes ou voyager et perdre des pays de vue, les perdre tous de vue en voyageant dans les trains illuminés du monde nocturne, être toujours un étranger

Georges Perec – Espéces d’espaces

4 Respostas para “étranger

  1. “Rien ne sert de rien, cependant tout arrive.”
    Perec

    Saravá!

  2. Petit Marilde, tu est fófis et je sui ton fan!

  3. parce qu’il y a des mots qui contiennent des vies, et mon silence qui ne sera jamais un aveuglement. Um beijo em tua bochecha.

  4. Pingback: ser sempre um estrangeiro | [anyothershoes]

Deixe uma resposta

Faça o login usando um destes métodos para comentar:

Logotipo do WordPress.com

Você está comentando utilizando sua conta WordPress.com. Sair / Alterar )

Imagem do Twitter

Você está comentando utilizando sua conta Twitter. Sair / Alterar )

Foto do Facebook

Você está comentando utilizando sua conta Facebook. Sair / Alterar )

Foto do Google+

Você está comentando utilizando sua conta Google+. Sair / Alterar )

Conectando a %s